La disparition de Gaspard EPISODE 4

Publié le par Livre en live libre

 
Monsieur l'auteur de Gaspard me fait l'honneur après chaque
parution d'un épisode
de son livre de m'envoyer un petit
commentaire.Celui
qu'il m'a envoyé la dernière fois m'a
paru très utile à la compréhension de l'histoire. Et je
pense qu'il ne m'en
voudra pas de le partager avec vous.
[...]A présent, quelques petites précisions sur le cas 
Ploupiot. Les premières semaines de mon blog ont été les
pires de ma vie d'internaute. La mise en page était longue
et n'aboutissait jamais au résultat que je souhaitais,
j'écrivai le chapitre en entier pour le redécouvrir effacé
cinq minutes plus tard, les images n'étaient pas centrées,
j'en passe et des pires. Pour me justifier auprès de mon
lectorat naissant, j'ai donc inventé Léonard Ploupiot,
typographe chez nous, alcoolique invétéré, coupable de tous
ces désagréments. Chaque semaine, j'écrivais un court texte
en rouge dans le message d'accueil sur les déboires de mon
homme. Que voulez-vous ? On ne lit pas Gaston Lagaffe
pendant des années sans en ressentir les traces.

Lorsque, par miracle, la mise en page et la publication de
 mes chapitres s'arrangea d'elle-même, j'informai à mes
lecteurs que Ploupiot avait été envoyé en cure de
désintoxication et remplacé sur le champ par un petit
stagiaire de génie. Ce n'est que lors du sixième numéro que
je décidai de faire revenir Ploupiot en le faisant
apparaitre dans le texte que vous avez si brillamment lu.
Une semaine plus tard alors que je venais de publier mon 
premier numéro de "Entrevues avec le diable", j'informai
mes lecteurs que Ploupiot, nouvellement passionné de
photographie, avait été envoyé sur le terrain faire un
reportage-photo. Vous pouvez le trouver sur le blog[...]





Avant de lancer la lecture si vous êtes nouveau sur le site,
Je vous conseille un petit tour via le blog de l’auteur
qui a la gentillesse de me laisser interpréter librement son
œuvre. Et puis le mieux serait aussi de commencer par le
premier épisode.
Et comme toujours, si vous êtes éditeur,
c’est par ici.
 

 

Commenter cet article